mardi 24 décembre 2013

LA RESISTANCE CONTINUE EN 2014



L'année 2013 touchant à sa fin, je tenais à vous souhaiter à vous, cher(e)s ami(e)s, de magnifiques fêtes de fin d'année. J’ai l’espoir que cette nouvelle année soit davantage synonyme de paix et de justice pour tous. 

Pendant cette année j'ai été honoré de voir le nombre de mes amis « facebook » passer de quelques centaines à plus de 4 000 aux quatre coins du monde. Facebook m’a appris beaucoup de choses et m’a aussi beaucoup servi notamment au niveau de la communication pour la mobilisation communautaire. Grace à cette plateforme, j’ai joint mes efforts à ceux de groupes informels en vue de militer pour la justice sociale et la dénonciation des abus de nos gouvernants.

Je souhaiterais remercier chacun d'entre vous pour tout l’intérêt que vous avez témoigné à mes publications en aimant, commentant ou partageant. J’aimerais vous rassurer que je prends en compte les encouragements et les critiques reçues inbox. Je prends acte également des injures et des mises en garde comme l’expression des défis et des batailles qui nous attendent.

 - A ceux qui se préoccupent pour moi en raison de mes prises de position affichées, je dis qu’il n’y a aucune raison d’être inquiets vu que je ne fais qu’écrire. Parfois, je ne fais que réécrire des faits avérés relatés dans la presse. J’en profite pour rendre hommage à tous les journalistes sans lesquels les ténèbres de la désinformation nous auraient dissimulés beaucoup de vérités. Je viens sans armes et sans haine, sans jamais prôner la violence. Je ne risque donc rien à user de ma liberté d’expression chèrement acquise sur le bûcher par Norbert Zongo.

- Aux partisans du régime, je recommande le profil bas et la rédemption. Cela ne servira à rien de se voiler la face davantage et de ramer à contre courant de l’histoire. Un changement doit avoir lieu et un changement va avoir lieu. Personne n’y peut rien. Inutile d’essayer de nous convaincre que de tous les burkinabè, un seul mérite de détenir les clés de Kosyam. Inutile d’essayer de nous convaincre que pour cela, vous êtes prêts à gaspiller des milliards de CFA pour organiser un enrôlement et une campagne électorale en vue d’un referendum insensé. En respectant simplement la constitution, nous ne dépenserons rien et nous éviterons une tension inutile au coeur de la société burkinabè. Ceux qui peuvent encore grappiller quelques pièces de monnaie sur le dos de l’Etat et les mettre à l’abri à l’extérieur du Burkina, allez-y mollo. Rendez vous à l’évidence que le train de la reddition des comptes sera bientôt à quai. Ceux qui ont échafaudé des plans de fuite n’ont sans doute pas compris que la transition se passera tellement en douceur qu’ils en oublieront de plier bagages.

 - Aux policiers et militaires. CRS et gendarmes. Puis-je espérer qu’aucun d’entre vous ne commettra l’irréparable en retournant son arme contre des compatriotes désarmés et pacifiques ? Puis-je espérer que vous refuserez d’obéir à tout ordre visant à gazer, passer à tabac ou arrêter des manifestants pacifiques descendus dans  la rue pour défendre notre Constitution?

 - Aux autorités coutumières et religieuses, tenez vous autant que possible éloignées de la sphère politique.

2014 est porteuse d’un bon augure: Le Faso a « déclenché sa marche triomphale vers l'horizon du bonheur  …  À la conquête de la liberté et du progrès ». Le Burkina Faso vient résolument d’emprunter le chemin qui le mènera à davantage « d’unité, de progrès et de justice ». Les manifestations de juin et juillet 2013 « ont fortifié notre peuple courageux et fertilisé sa lutte héroïque ».
 
Mais si d’aventure nous devons surmonter des défis périlleux qui se mettront en travers de notre route, nous aurons besoin de l'engagement et de la participation active de chacun et de chacune. Il faudrait alors quitter momentanément Facebook et vos écrans pour rejoindre le front citoyen dans la vie réelle.

Meilleurs vœux pour cette année 2014.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire